Glyphosate : mon avis sur le documentaire d’Envoyé Spécial

Cela faisait des années que je n’avais pas regardé l’émission Envoyé Spécial. J’ai même été surprise de voir que c’est Elise Lucet qui la présente désormais. Le format a aussi beaucoup changé puisqu’avant l’émission abordait plusieurs sujets ce qui n’était pas le cas hier. De plus le ton n’est plus du tout le même : d’une émission d’information on est passé à une émission d’enquête très semblable à Cash Investigation, certainement car c’est un format qui « buzz ». C’est néanmoins s’éloigner du journalisme pour opter pour se diriger vers un procès à charge ce qui est dommageable je trouve.

Même si je suis d’accord pour dire que le glyphosate est un poison qui devrait être interdit je n’ai pas du tout accroché avec l’émission et le traitement qui a été fait du sujet et ce pour plusieurs raisons.

Des caricatures qui vont trop loin

L’émission commence fort avec la rencontre de deux agriculteurs ayant des visions diamétralement opposées de leur métier. Alors que l’un ne cultive qu’en bio le second assume utiliser des pesticides comme le glyphosate. On le voit même boire son café dans un mug Roundup qu’il dit chérir par-dessus tout (vive la caricature – quel agriculteur fait ça franchement ?). Même si leurs points de vue sont diamétralement opposés les deux agriculteurs sont loin de se déchirer, c’est même plutôt le contraire. On est plutôt sur du divertissement que sur du véritable reportage.

Des chiffres non contextualisés

Dans le cadre de l’émission des analyses de sang ont été réalisées sur des célébrités (Julie Gayet, Jamel Debbouze) ainsi que sur des personnes lambdas afin de mesurer la concentration en glyphosate dans leur sang. Elise Lucet communique à chaque personne ses résultats et leur annonce un chiffre compris entre 0.4 et 0.9 micro-gramme de glyphosate par litre de sang. Mais quel est l’intérêt de divulguer des chiffres bruts sans les explique ?  On ne sait pas si ces taux sont élevés ou non, quel est la conséquence de tel taux ni ce qui peut expliquer ces différentes variations de taux. Divulguer des chiffres c’est bien mais les expliquer et les contextualiser c’est mieux. Un cas pris en exemple sans aucune information ni recul

On passe ensuite au reportage sur le jardinier américain, en phase terminal d’un cancer, qui a réussi à gagner son procès contre Monsanto. La justice a reconnu coupable Monsanto et a déclaré que c’est le glyphosate qui était responsable de son cancer.

Je n’ai aucun doute que le glyphosate puisse être cancérigène. Mais en regardant ce reportage on peut avoir l’impression que glyphosate = cancer puisque le glyphosate a été reconnu responsable du cancer de cette personne.

Il y a néanmoins une chose qui m’a interpelé. C’est la quantité de glyphosate utilisée par ce jardinier. Il dit avoir pulvérisé jusqu’à 500 litres par jour de ce produit dans les jardins publics et les espaces verts de la ville. Difficile de savoir si c’est beaucoup ou non mais on peut tout de même penser que pulvériser 500 litres sur des espaces municipaux c’est quand même énorme et ces espaces devaient être « noyés » sous les produits.

En revanche lorsqu’on s’intéresse à ce qu’un agriculteur utilise par an cela laisse perplexe. En moyenne la quantité de produit utilisé est de 8 litres pour 100 hectares ce qui voudrait dire que si le jardinier utilisait le glyphosate dans les quantités recommandés il traitait 6250 hectares par jour soit 6 2500 000 m². Cela fait un peu beaucoup pour un homme seul.

Même si le glyphosate est très certainement cancérigène (je le pense vraiment) le problème vient plutôt du fait que le jardinier a utilisé le glyphosate dans des proportions complétement déraisonnables de l’ordre d’au moins 60 fois supérieure à la dose recommandée.

Afin que cette enquête soit complète et reflète un vrai travail journalistique il aurait été utile de contextualiser tout cela.

Une mise en scène pour faire du buzz

L’émission ridiculise souvent les intervenants, chose que je ne trouve pas très professionnelle de la part d’un journaliste.

Les choses sont souvent présentées avec un mélange d’humour et d’exagération comme si présenter les choses de façon sérieuse n’intéressait pas les gens et qu’il fallait absolument fournir du divertissement.

Je trouve plutôt qu’en faisant cela les journalistes décrédibilisent totalement l’émission.

En résumé j’ai été plutôt assez déçu de cet épisode d’Envoyé Spécial même si le sujet de base était très intéressant.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *