Faut-il lancer une campagne de crowdfunding lorsqu’on crée son entreprise ?

Beaucoup de créateurs d’entreprises lancent une campagne de crowdfunding afin de financer le lancement de leurs produits ou de leurs services. Preuve de cet engouement 763 projets sont actuellement en cours de financement sur la plateforme Ulule.

Les deux sites de financement participatif les plus connus sont Ulule et KissKissBankBank qui fonctionnent à peu près de la même manière si ce n’est que le second est plus centré sur les projets créatifs.

2 types de campagnes sont possibles sur ces deux sites :

-Précommandes de produits

-Collecte d’argent avec envoi de contreparties en échange (symboliques ou non).

Le taux de collecte réussie est d’environ 70% chez KissKissBankBank et 65% chez Ulule. Ces taux sont certes assez élevés mais il ne faut pas oublier que le temps passé afin d’organiser une campagne de crowdfunding peut-être totalement perdu si l’objectif n’est pas atteint (si l’objectif n’est pas atteint la personne ayant lancé la campagne ne reçoit rien).

De plus les montants réellement collectés s’avèrent assez éloignés des montants demandés par les porteurs de projet du fait des nombreux frais auxquels on ne pense pas forcément au premier abord :

-Commission des sites : Le taux de commission des deux principaux sites de crowdfunding est de 8% ce qui représente une part non négligeable du montant collecté.

-Achat et envoi des contreparties : Ulule et KissKissBankBank fonctionnent sur le principe de l’envoi de contreparties ce qui veut dire que les donateurs reçoivent une contrepartie en échange de leur don. La contrepartie peut être symbolique pour les petits dons mais doit très vite devenir matériel afin d’inciter les personnes à financer le projet. Dans le cas où le projet est financé sous forme de précommande les contreparties ne s’appliquent pas puisque la personne achète directement les produits qui sont financés. Afin de limiter le coût que représentent les contreparties il est préférable d’avoir des personnes dans son réseau susceptibles de pouvoir fournir des produits ou services à moindre coût.

-TVA si société : si le projet de collecte est porté par une entreprise basée en France, la TVA (20%) sera déduite du montant collecté.

Exemple avec un montant collecté 10 000€

TVA de 20% à 1667.7€

Commission site à 800€

Contreparties à Si on estime que le don moyen s’élève à 50€, que le coût que chaque contrepartie s’élève à 10€ (auquel on ajoute 5€ de frais de ports) le coût des contreparties s’élève à 3000€.

Sur les 10 000€ récoltés il ne reste donc, après déduction des différents frais, plus que 4500€ environ…

A cela il faut ajouter le temps consacré à la création d’une communauté, indispensable à la réussite de la campagne et aux différentes animations à mettre en place tout au long des semaines de collectes (communication, logistique, etc..).

Faut-il tout de même lancer une campagne de crowdfunding ?

Même si les différents aspects que nous venons d’évoquer peuvent être un peu décourageants, lancer une campagne de crowdfunding peut tout de même se révéler intéressant dans certains cas :

-lors du développement d’une entreprise déjà existante comme le passage à un local plus grand ou l’ouverture d’une boutique physique pour un commerce en ligne. Le fait que l’entreprise soit déjà établie avec un track record, une communauté déjà importante et des clients fidèles entraînent un nombre de dons plus important.

Exemple : Zufu qui a lancé une campagne de crowdfunding afin de financer l’agrandissement de son atelier. La campagne fut un succès avec 22 478€ récoltés (financé à 112%).

https://fr.ulule.com/kufu-quotidien-zero-dechet/

-Communauté déjà établie : une communauté déjà établie augmente grandement les chances de réussite d’une campagne de financement participatif.

Exemple : Les déodorant Respire lancés par Justine Hutteau, qui bénéficiait déjà d’une belle communauté sur Instagram avant le lancement de son entreprise. La campagne fut un succès avec 21 018 déodorants précommandés (financés à 7006%).

https://fr.ulule.com/respire-naturel/

-Concept original : un concept original entraînera la curiosité des gens qui seront alors plus susceptibles de financer le projet.

Exemple : Réjeanne qui fut l’une des premières marques à proposer des culottes menstruelles. La campagne fut un succès avec 7574 culottes précommandées (financés à 7574%).

A l’inverse un projet portant sur une box par abonnement a beaucoup moins de chance de réussir à fédérer les gens puisque le concept a déjà été beaucoup trop vu.

https://fr.ulule.com/rejeanne-lingerie/

-Miser sur des préventes qui marchent mieux que de demander directement de l’argent : les donateurs sont plus susceptibles de participer à la campagne de financement participatif en cas de précommande puisque leur don se matérialise par quelque chose de tangible en échange.

En résumé faire une campagne de crowfunding est loin d’être un passage obligé lorsqu’on crée son entreprise et est loin d’être toujours intéressant. Il convient de réfléchir avant de se lancer dans cet événement qui demande beaucoup de temps alors que le retour sur investissement n’est pas toujours au rendez-vous.  

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *