Glyphosate, pailles en plastiques et bio : entre utopie et culpabilité

L’alimentation et l’écologie sont plus que jamais des thèmes qui sont à l’origine de nombreux débats. Alors que certains nous culpabilisent d’autres arguent que les petits gestes sont inutiles.

Je suis profondément pour la préservation de notre environnement et pour plus de bien-être animal. Pourtant j’entends parfois certaines choses qui m’irritent. Les propos parfois trop simplistes qui sont énoncés ne répondent pas aux nombreux enjeux qui réseautent autour des grandes problématiques.

Retour sur 4 affirmations souvent entendues auquel je trouvais important d’apporter quelques précisions :

Les pailles sont à l’origine de la pollution des eaux par le plastique

Les pailles en plastique font certes partie des 10 déchets les plus souvent retrouvés sur les côtes mais elles sont loin d’être les seuls responsables de la pollution au plastique des mers et océans.

90% des déchets plastiques qui se retrouvent dans les mers proviennent aujourd’hui d’Asie et d’Afrique. En Asie l’écologie ne fait encore vraiment partie des préoccupations et l’Afrique pâtit de son statut de « poubelle de l’Europe » en récupérant tous les déchets dont on ne sait que faire.

De plus 70% des plastiques marins proviennent des filets de pêche qui sont abandonnés par les chalutiers. C’est un problème écologique majeur dont on entend malheureusement assez peu parler.

Si on évoque souvent la pollution par les pailles en plastique c’est parce qu’il est plus facile d’arrêter d’utiliser des pailles que d’empêcher les chalutiers d’abandonner leurs filets de pêche. Cependant, s’il est important d’arrêter d’utiliser des pailles en plastiques, l’effet de leur interdiction n’aura qu’un impact mineur sur la pollution au plastique des mers et océans.

Interdire le glyphosate en France pour une agriculture plus écologique

Le glyphosate est au cœur des débats ces dernières années en France. Beaucoup veulent son interdiction mais cette interdiction changera-t-elle réellement les choses ?

En France on utilise assez peu de glyphosate puisque ce produit détruit tout sur son passage. Il est donc impossible d’en utiliser lorsque les cultures sont en place. Le glyphosate est donc la plupart du temps utilisé une fois par an entres deux cultures à des doses très faibles.

Même s’il est assez peu utilisé cela n’empêche pas le glyphosate d’avoir un impact négatif sur notre santé.

Cependant on ne sait pas si remplacer le glyphosate par un autre herbicide serait vraiment mieux puisqu’il faudrait utiliser beaucoup plus de produits ce qui ne sera donc pas forcément moins polluant pour les terres. De plus les passages de tracteurs devraient être plus nombreux avec à la clé une consommation de carburant plus importante.

Enfin une grande partie du glyphosate que nous ingérons ne provient pas des végétaux mais des aliments d’origine animale, avec des animaux nourrit à partir de soja ou de maïs cultivés dans des pays où la quantité de glyphosate utilisée est nettement plus importante et où la présence de culture OGM permet une utilisation de ce produit même lorsque les cultures sont déjà en place.

Ne plus élever d’animaux

Adopter une alimentation vegan signifie ne plus consommer d’animaux et donc la disparition des élevages.

Mais que faire de ces animaux d’élevage ? Faut-il les relâcher dans la nature et les laisser se reproduire de façon incontrôlée ? Le nombre de ces animaux va-t-il finir par se réguler naturellement puisqu’ils ne seront plus nourris par l’Homme ?

Il est aujourd’hui compliqué de répondre à ces questions.

Il faut plus de produits bio dans les magasins

Beaucoup argent qu’on devrait pouvoir trouver plus de produits bio dans les magasins et même ne plus consommer que du bio.

Cependant les surfaces de cultures bio sont encore trop peu nombreuses pour que nous puissions tous consommer des produits bio. Il faudrait alors importer des produits bio de l’étranger. Mais faut-il mieux consommer du bio étranger que des produits de l’agriculture conventionnelle cultivés en France ?

De plus les cultures bio nécessitent plus de main d’œuvre et cette main d’œuvre est assez difficile à trouver.

 

Encore une fois je tiens à rappeler que je suis vraiment pour la préservation de l’environnement et pour le fait de manger moins de produits animaux.

Belle journée,

Flore

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *