Le glyphosate : qu’est-ce que c’est ?

Le glyphosate est au cœur de l’actualité ces derniers mois avec une grande question : faut-il l’interdire en France. Le magazine télévisé Envoyé Spécial lui a même consacré une émission entière.

Mais qu’est ce qui se cache vraiment derrière ce nom barbare et pourquoi est-il au cœur des débats ?

Le glyphosate désigne le principe actif de l’herbicide Roundup crée par Monsanto et commercialisé depuis 1975. C’est un herbicide total c’est-à-dire qu’il détruit l’ensemble des cultures en pénétrant par les organes aériens de la plante pour se diffuser dans la totalité de celle-ci.

Le Roundup est principalement utilisé pour désherber les surfaces agricoles avant la mise en place des semis c’est-à-dire une fois par an. Ce produit a l’avantage d’être très peu cher et de ce fait il est beaucoup plus intéressant pour les agriculteurs de l’utiliser que de désherber mécaniquement les surfaces agricoles.

Le Roundup n’est pas utilisé lors des cultures sauf en cas d’utilisation d’organismes génétiquement modifiées comme le soja « Roundup Ready » crée par Monsanto en 1996. Un soja Roundup Ready est un soja qui résiste au Roundup et ce dernier peut alors être utilisé lors de la croissance des cultures pour éliminer les mauvaises herbes ce qui évitent aux agriculteurs de devoir désherber fréquemment leurs champs. En cas d’utilisation de semences Roundup Ready les résidus de Roundup présents dans les plantes sont beaucoup plus importants puisque la substance a été pulvérisé directement sur la plante et non uniquement sur le champ avant la mise en place de la culture.

Depuis début janvier 2019, les particuliers ne peuvent plus acheter ou utiliser de glyphosate en France. Cette substance était déjà interdite depuis 2017 pour le traitement des lieux publics comme les parcs ou les espaces verts.

Quels sont les conséquences du glyphosate sur la santé et sur l’environnement ?

Le glyphosate pénètre dans la terre ainsi que dans l’eau ce qui la contamine. Le glyphosate serait aussi dangereux pour l’Homme. Le Centre international de recherche sur le cancer a classé en 2015 le glyphosate comme « cancérogènes probables ou possibles » pour l’Homme. Cette classification fait suite à des études menées sur des animaux de laboratoire.

En novembre 2017, une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute (et non financée par des industriels) ne montre pas de lien entre l’exposition à cet herbicide et un risque d’augmentation des cancers. Les chercheurs constatent uniquement chez les personnes les plus exposées au glyphosate un risque accru de leucémie aigüe myéloïde par rapport aux utilisateurs classiques.

Le glyphosate serait dangereux pour les animaux avec des effets négatifs sur la fertilité des mâles. Chez les grenouilles, des études ont prouvé que le Roundup avait des effets négatifs sur les hormones thyroïdiennes.

Par quoi peut-on remplacer le glyphosate ?

Si on remplaçait le glyphosate par un autre herbicide il faudrait utiliser 7.5 litres de produit contre 1 litre pour le glyphosate ce qui nécessiterait plusieurs passages de tracteurs et donc plus de carburant. De plus comme il faut utiliser une plus grande quantité de produit cela ne serait pas forcément moins polluant pour les terres.

Le désherbage des champs pourrait aussi être effectué de façon mécanique mais cela demande beaucoup de main d’œuvre et ce n’est pas vraiment une solution adaptée aux grandes surfaces agricoles.

Quand le glyphosate sera-t-il interdit en France ?

En novembre 2017, l’Union Européenne a renouvelé l’homologation du glyphosate pour 5 ans. Emmanuel Macron s’est lui engagé à bannir cet herbicide avant 2021, sans que cette interdiction ne soit inscrite dans la loi ce qui rend les choses quelque peu hypothétiques. D’autant que pour l’instant il n’existe pas vraiment d’autres produits permettant d’éviter le Roundup et ayant des résultats aussi satisfaisants et surtout aussi peu chers. Selon l’Institut du végétal Arvalis, la suppression du glyphosate coûterait 1 milliard d’euros par an aux céréaliers français.

En bio, les agriculteurs utilisent à la place du glyphosate 1/la rotation des cultures, 2/ le broyage du couvert végétal et 3/ des binages durant les cultures. Cependant avec ces techniques les rendements sont souvent plus faibles qu’en agriculture conventionnelle et le coût de production s’avère plus élevé.

En 2017, 8 800 tonnes de glyphosate (dont 2000 tonnes pour les jardins) ont été vendu soit environ 0.01% des ventes totales dans le monde. En moyenne un agriculteur utilise une bouteille de Roundup pour traiter l’équivalent d’un terrain de foot.

J’espère que cet article vous en aura appris un peu plus sur ce fameux principe actif.

Belle journée,

Flore

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *