L’école empêche-t-elle de trouver sa voie ?

Je dois avouer que je n’ai jamais aimé l’école, je n’ai presque jamais été intéressé par les choses enseignés. Surtout, je me rends compte maintenant que je suis entrée dans la vie professionnelle que l’école ne m’a pas formé sur pleins de choses qui sont pourtant indispensable pour trouver sa voie et évoluer parmi les autres.

L’éducation n’a quasiment pas évolué depuis la révolution industrielle alors que toute la société a profondément changé depuis. Les métiers ne sont plus du tout les mêmes et les mentalités ont profondément changé.

Voici les 7 griefs que j’ai contre l’école et qu’il faudrait changer de toute urgence.

-l’école n’apprend pas les relations avec les autres : l’école apprend à vivre en groupe puisque les élèves sont entre 20 et 30 par classes mais n’apprend pas à se comporter avec les autres, à cultiver son intelligence sociale. Or je pense que c’est l’une des choses les plus importante à connaître pour vivre en société, réussir dans la vie et être heureux, d’autant que les gens sont beaucoup plus en interactions entre eux aujourd’hui qu’il y a 50 ans.

-l’école place les enfants dans un moule et les empêche d’être tels qu’ils sont : Etre à l’école c’est devoir se comporter d’une certaine façon sous peine d’être vue comme anormal. J’ai été très marqué par le fait que la maîtresse ait dit à mon père lorsque j’avais 5 ans que je ne réussirai à rien dans la vie si je continuerai à être aussi timide et dans mes pensées. A l’école chaque enfant ne peut pas avoir son propre caractère, tout le monde doit être pareil (à l’aise en groupe, attentif et intéressé par les différents apprentissages. L’école empêche d’une certaine façon d’être soi-même.

-beaucoup de théorie et pas de pratique : L’école met l’accent sur la théorie au détriment de la pratique. Apprendre des maths ou de la physique lorsque l’élève ne sait pas à quoi cela peut bien servir rend les choses intéressantes. De plus je suis pour qu’on apprenne plus de choses qui vont servir concrètement dans la vie. Pourquoi ainsi ne pas apprendre aux enfants à faire la cuisine ou à coder dans toutes les écoles. Chaque élève pourra ainsi s’épanouir autour d’autres activités que l’apprentissage de théories dont il ne comprend pas forcément l’intérêt.

-l’école nivelle par le bas et s’adaptant aux plus faibles : les classes sont de plus en plus chargés, les professeurs sont donc obligés de s’adapter pour que tout le monde arrive à suivre. Néanmoins le rythme s’avère toujours trop rapide pour certains élèves et trop rapide pour d’autres ce qui est source de découragement ou de frustration qui empêche l’élève d’être épanoui.

-l’école nous place dans un étau qui ne fait que se refermer : Chaque choix que va faire l’élève est déterminant pour sa vie future, il n’y a bien souvent aucun retour en arrière possible ou alors cela est très difficile. Ainsi si l’élève est bon au collège, il ira au lycée général. Si cet élève est bon en maths en seconde, il passera un bac scientifique puis fera des études d’ingénieur pendant 5 ans pour peut-être se rendre compte au bout de tout ce temps qu’il a toujours aimé la poterie ! Quel gâchis ! Il faut absolument que les élèves puissent choisir leur orientation par eux-mêmes. Il faudrait aussi pouvoir changer de filière à tout moment pour ne plus avoir de gâchis de temps et de démotivation.

-l’école empêche d’être créatif, on ne bosse pas la créativité : Des ateliers créatifs devraient être intégré tout au long de la scolarité. Cela pourrait prendre la forme d’une écriture de nouvelle, de création artistique ou de création d’objets. Chaque élève pourrait ainsi laisser s’exprimer ses talents et travailler sa créativité.

-l’école empêche de faire ce que l’on aime car il faut faire la voie royale pour être bien vu : l’école ne pousse pas à faire ce que l’on aime mais ce que la société juge comme étant le plus valorisant. Un brillant élève qui souhaite faire un CAP cuisine sera extrêmement dissuadé par ses professeurs, qui interpréteront cette orientation comme un véritable gâchis. Les élèves ne peuvent donc pas choisir ce qu’ils aiment mais doivent faire ce que les autres leur disent sans jamais tenir compte de l’épanouissement de l’élève.

Il y a donc pas mal de choses à changer pour l’école soit plus efficiente. Je pense que des mesures d’urgences doivent être prise car nous assistons à un véritable gâchis avec de futurs adultes malheureux dans leur vie et qui ne trouveront pas leur place dans la société.

Et vous que pensez-vous de l’école actuelle ? Que faudrait-il changer d’après vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

Un commentaire

  1. Bonjour,

    Je suis tout à fait d’accord avec toi!
    Quand je pense à ma scolarité, ça me met presque en colère de voir à quel point nous sommes formatés et à quel point on nous enseigne certaines matières sans nous expliquer comment elles s’appliquent dans la vie quotidienne.
    Pourquoi ne pas donner des cours de citoyenneté? Des cours pour remplir sa déclaration d’impôts? Pour choisir sa mutuelle? Sa banque? Son épargne pension? Pour choisir un logement? Gérer un budget?
    Comme tu le dis, l’école ne s’est pas adaptée à l’évolution de la société, ce qui implique qu’on lâche dans la nature des enfants/ados/adultes qui ont peut-être une culture générale solide mais pas d’aptitude à se débrouiller seuls dans la vie de tous les jours.
    Pour ma part, j’ai la chance d’avoir un compagnon qui se renseigne très bien et qui gère toute la paperasse à la maison, mais si je ne l’avais pas, je pense que je serais très vite noyée par toutes les complications administratives.

    Par rapport à la créativité, tu as tout à fait raison. Je me rappelle que lorsque je suis sortie de l’école, les professeurs ne nous avaient jamais parlé des formations qui existent sur le marché. Les métiers dont on nous a le plus parlés sont: avocat, médecin, professeur, vétérinaire. A croire que ces 4 jobs sont les seuls qui vaillent! Et que faire quand aucun de ces emplois ne nous intéresse?
    Si on souhaite devenir bibliothécaire, assistant social, fleuriste, chauffeur de taxi ou pizzaiolo on s’entend dire qu’on doit voir plus grand. Et qui a dit que le bonheur était le même pour tous? Personnellement, je souhaite un métier qui apporte du positif aux personnes autour de moi, qui donne un sens à ma vie et qui me permette d’avoir du temps pour moi, mon couple et mes passions.
    Mais j’oubliais que l’équilibre travail/vie privée est un sujet dont on ne nous parle JAMAIS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *