Peut-on se revendiquer « green » mais s’habiller chez Zara?

Le « Green » est à la mode en ce moment sur internet. On ne compte plus les blogs ou les vidéos You Tube qui abordent des thèmes comme l’alimentation biologiques, la fabrication de cosmétiques maison ou le zéro déchet.

Même les influenceuses qui ne présentaient jamais de produits « green » se sont mises à surfer sur la tendance et parlent de plus en plus de produits bios ou donnent des conseils pour limiter ses déchets.

Je trouve cette tendance plutôt positive, notamment parce que cela encourage les jeunes générations, grande consommatrice de blogs, de vidéos et de réseaux sociaux, à réfléchir sur leur consommation et à consommer moins mais mieux.

Cependant je regrette l’opportunisme dont font preuve beaucoup de personnes sur cette thématique et les incohérences que cela engendre. Les gens consomment peu à peu différemment et les blogueurs et autres créateurs de contenus ont été en quelque sorte obligés de suivre la tendance pour répondre aux attentes de leur communauté.

Ainsi si beaucoup de personnes consomment bios, limitent leur consommation de déchets et ont adopté les cosmétiques bios il y a quelque chose qui n’a toujours pas changé : la surconsommation textile.

Je me demande comment on peut se revendiquer green en achetant des dizaines de vêtements par an et en portant régulièrement du Zara ou du H&M.

La mode fait partie des pires pollueurs au monde. La culture du coton, matière à partir de laquelle sont fabriqués nombre de nos vêtements est extrêmement polluante. Un quart de tous les pesticides utilisés dans le monde est destiné à la culture du coton ! Pour la récolte, le coton est souvent aspergé d’un produit extrêmement toxique servant à séparer les feuilles et les fibres.

Environ 80% du coton cultivé dans le monde est un coton OGM produisant une protéine insecticide. Mais de nombreux prédateurs sont devenus résistants à cette protéine, ce qui fait que l’utilisation de ce coton OGM ne dispense pas d’étendre des pesticides sur les cultures.

De plus la culture du coton est extrêmement gourmande en eau. C’est la 3ème culture la plus demandeuse d’eau après la culture du riz et du blé. D’après Greenpeace la production d’un tee-shirt en coton nécessite en moyenne 2 700 litres d’eau. Pour un jean la consommation d’eau s’élève à 7000 litres.

Même si le coton est extrêmement polluant, adopter des textiles en fibres synthétiques comme les enseignes à bas couts en fournissent par milliers n’est pas mieux. Les fibres synthétiques sont en général issues du pétrole et ne sont donc pas biodégradables. De plus les colorants et additifs incorporés durant le processus de fabrication peuvent être très toxiques pour la santé.

À la vue de ces informations je m’interroge vraiment : comment peut-on donner des conseils afin de limiter sa consommation d’eau et prôner l’adoption des cosmétiques bio si on continue de consommer par dizaines des vêtements extrêmement consommateurs de ressources et très polluants ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *