La route du Louvre : compte rendu de mon deuxième marathon

Une fois n’est pas coutume qui dit course officielle dit compte rendu. 6 mois après avoir traversé Amsterdam de long en large sur 42.195km me voici reparti à l’assaut du bitume, dans le nord cette fois. Pourquoi avoir choisi de participer à la route du Louvre ? Je cherchais un marathon en avril-mai pour qu’il tombe environ 6 mois après mon premier. J’avais pensé à celui de Paris mais je n’étais pas disponible ce week end là. Comme la première fois j’avais couru à l’étranger je me suis dit que ça serait bien de courir cette fois dans ma région et étant donné que la route du Louvre a lieu mi-mai je me suis dit que c’était la course parfaite. C’est une course assez populaire dans le nord pas de calais en plus, pour vous dire elle est même diffusée à la télévision sur la chaîne régionale de France 3.

Pour ce deuxième marathon toujours pas de préparation spécifique. J’ai couru 2 fois par semaine avec une sortie longue de 2h 2 semaines avant le jour J et c’est tout ! Avec le recul je me dis que j’aurai peut-être dû faire quelques séances de fractionnées mais je n’avais clairement pas la motivation. En revanche promis pour le prochain je fais une vraie prépa car j’ai envie de progresser !

Pour revenir à la course en elle-même le départ fut donné à 9h30. J’étais beaucoup moins stressée que lors de mon premier marathon car je savais à peut près à quoi m’attendre et je n’étais pas à l’étranger.

A Amsterdam j’étais parti un peu trop vite alors là j’ai préféré être prudente et effectuer le début de la course avec le meneur d’allure 4h30. Je n’ai jamais de bonnes sensations lors des débuts de course et une fois encore je n’ai pas échappé à la règle. J’avais l’impression de ne pas avancer et surtout j’avais hyper faim. Je me suis littéralement gavée d’abricots secs aux stands ravitaillement des kilomètres 5 et 10 !

Vers le kilomètre 10 j’ai dépassé tout doucement le meneur d’allure. Jusqu’au semi je ne me sentais ni bien ni mal, j’étais entre les deux. J’ai toujours pris soin de m’arrêtais à chaque ravitaillement, tous les 2.5km, soit pour boire soit pour manger histoire de ne pas subir de défaillance par la suite.

A partir du kilomètre 21 j’ai commencé à me sentir mieux. Une amie m’avait dit qu’elle serait présente au kilomètre 26 pour m’encourager et cela m’a clairement motivé. Je comptais les kilomètres avant de la voir. Ses encouragements m’ont vraiment reboosté et j’ai passé la barre des 30km en grande forme avec environ 5 min d’avance sur le meneur d’allure 4h30.

Jusqu’au kilomètre 33 je me sentais plutôt très bien, j’étais vraiment hyper surprise de mon état. Bien sûr je me doutais bien qu’à un moment cela allait devenir plus dur et ce fut le cas. A partir du kilomètre 35 j’ai commencé à avoir les jambes très lourdes et des douleurs au ventre. J’ai alors commencé à avancer kilomètre par kilomètre puis rue par rue en regardant mes pieds. C’est vraiment le moment où je me suis dit « quelle idée de faire un marathon ! ». Mais j’ai tenu bon et je n’ai pas marché, juste quelques instants à certains ravitaillements à la fin.

Finalement je termine en un peu plus de 4h23. Je suis un peu déçu de ma performance moi qui visait les 4h15. Peut-être que j’aurai dû partir un peu plus vite même si j’en doute fortement. Le fait que je me sois senti aussi bien aussi longtemps tient sûrement du fait que je suis partie très lentement.

Pour mon prochain marathon je suis une prépa digne de ce nom pour viser les 4h15 ça c’est sûr !

Quid du parcours ?

Le parcours était un peu moins sympa qu’à Amsterdam. On a traversé pas mal de petites villes mais il y a eu aussi de longues lignes droites près de l’eau sans spectateurs qui furent assez éprouvantes. Le finish dans les quartiers populaires de Lens avec personne sur le bord des routes ne me laissera pas un souvenir mémorable. Rien à avoir avec Amsterdam où les derniers kilomètres s’effectuaient en plein cœur de la ville dans des rues noires de monde. De plus le fait qu’il n’y ait que 2000 participants environ fait que parfois il n’y a personne 10m devant et 10m derrière vous, dure de rester motivé dans ces conditions !

Organisation

Rien à redire concernant l’organisation. Le tee-shirt ainsi que la médaille sont très sympas. Les ravitaillements sont bien organisés et le fait qu’il y en ait tous les 2.5km est un vrai plus.

Résumé

Un peu déçu de mon chrono mais j’ai eu de bonnes sensations sur cette course. L’après marathon fut beaucoup plus facile que la première fois : beaucoup moins de fatigue et de courbatures à J+1. Je ne pense pas courir de nouveau le marathon La Route du Louvre car je me suis pas mal ennuyé sur le parcours mais c’est tout de même une course que je conseille si vous êtes du Nord Pas de Calais. Le fait qu’il y ait peu de participant s’avère moins stressant et parfait pour un premier marathon.

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *