En route vers mon deuxième marathon: La route du Louvre

Il y a un peu plus de 6 mois, je franchissais la ligne d’arrivée de mon premier marathon. Cette course j’en rêvais depuis plus d’un an. Elle me faisait peur mais j’avais tellement envie de relever ce
challenge. Le mois précédent la course, je ne parlais plus que de ça, je sentais le stress monter petit à petit.

Dans 2 semaines je vais participer à mon deuxième marathon qui sera La Route du Louvre (course qui va de Lille à Lens) et je dois dire que je ne ressens pas du tout les mêmes émotions que pour le premier. J’ai vraiment dû mal à m’imaginer que le 13 mai je vais m’aligner de nouveau sur la ligne de départ pour courir 42.195 km. Je n’ai pour l’instant aucun stress, aucune appréhension alors que je vais courir une course qui n’est de toute évidence pas facile.

Le fait que je cours cette fois dans ma région change beaucoup les choses j’ai l’impression. Le fait de
courir loin rajoute un stress en plus alors que quand on part d’un endroit familier on a tendance à
prendre la course pour une sortie longue même si finalement cela ne sera pas du tout le cas (une
sortie longue de plus de 42km je ne fais pas ça tous les jours !).

Comme pour mon premier marathon, je n’ai pas spécialement suivi de plan d’entraînement.
Cependant alors qu’il y a 6 mois j’avais réalisé quelques séances de fractionnés, je n’en ai pas
vraiment effectuée cette fois. J’ai tout de même fait pas mal de côtes à Montmartre ce qui ressemble un peu à du fractionné.

Concernant le chrono, j’aimerai atteindre les 4h15 soit 15 min de moins qu’à Amsterdam. Je ne suis
pas sûre que ma super non prépa va m’aider mais j’ai tout de même l’impression d’avoir progressé
depuis 6 mois comme en témoigne mon chrono au semi de Paris.

J’hésite beaucoup sur la stratégie de course à adopter : sois partir avec le meneur d’allure 4h15 et
essayer de rester à ses côtés toute la course ou faire le premier semi avec le meneur d’allure 4h30
pour ensuite le dépasser et essayer d’atteindre les 4h15. J’ai tendance à courir plus vite sur la
seconde moitié des courses donc au premier abord je dirai que la deuxième méthode est la plus
adaptée. Cependant cela m’obligera à faire le second semi seule (personne ne sera là pour
m’accompagner sur quelques kilomètres comme au semi d’Amsterdam) et de faire un très gros effort pour rattraper les 15 min que j’aurai de retard. Après si je pars en 4h15 et que je craque
complètement cela serait bien pire…

Mes sensations lors de ma dernière sortie longue (2h) me permettront peut-être de décider dans
quel sas je partirai, tout comme la météo (j’ai beaucoup plus de difficultés par temps chaud).

J’ai vraiment hâte de courir mon deuxième marathon, je pense qu’il sera très différent du premier
puisque là je « sais à quoi m’en tenir » et je ne pars pas complètement dans l’inconnu.

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *