Stop à cette tyrannie du bonheur!

tyrannie bonheur

Ces derniers temps on ne compte plus le nombre de livres sur le thème du développement personnel qui sont sortis. Qu’ils soient accès sur les relations aux autres, les habitudes à prendre ou la vie de couple, tous nous promettent d’avoir enfin une vie heureuse et d’être un super homme/une super femme.

Sauf qu’à force de nager dans ce « feel good » ambiant on a vite l’impression d’avoir une vie passablement nulle et se dire « pourquoi moi je n’arrive pas à être heureux ? Je suis vraiment nulle »

Quand on me dit qu’il faut se lever tôt pour méditer ou faire du yoga et que je n’arrive pas à me lever je culpabilise, quand on me dit qu’il faut dialoguer avec son conjoint et que je m’énerve je culpabilise, quand on me dit qu’il faut être productif et je traîne sur les réseaux sociaux je culpabilise.

En fait je me rends compte que ce mouvement basé sur le « feel good » me fait culpabiliser constamment. Je me répète en boucle : « est ce que j’applique les principes énoncés dans le livre que je viens de lire ? » et « pourquoi malgré l’application de ces principes il m’arrive toujours de ne pas être heureuse ? »

J’ai l’impression de passer mon temps à noter ma vie et à être déçu, en me disant que définitivement ma vie est nulle alors que j’ai toutes les cartes en mains pour qu’elle soit heureuse.

Au final c’est se demander sans cesse si on est heureux qui nous rend malheureux. C’est aussi ce dictât du bonheur : il faut toujours faire comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Appliquer toutes ces soi-disant « recettes du bonheur » fini par gâcher notre vie : il faut se lever tôt, faire de la méditation, de pas s’énerver, être sans cesse productif, etc..

Pour ma part je revendique le droit de ne pas toujours être heureuse et ne pas toujours agir de la meilleure façon qui soit. Oui il m’arrive de me plaindre, de m’énerver, de passer du temps à ne rien faire, de déprimer, et alors ?

Et si ce n’était en ne se préoccupant pas d’être heureux que l’on devient finalement heureux ?

Et vous que pensez vous de cette tendance du développement personnel ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

2 commentaires

  1. Je suis complètement d’accord sur le côté « culpabilité » !
    Du coup, perso, j’ai pris le parti de butiner un peu à droite à gauche pour voir ce qui peut « marcher » ou pas… Le yoga ou la méditation tous les matins par exemple, je n’y arrive pas. Et comme je pars du principe que se contraindre ne sert à rien dans ce cas, j’en fais quand je « le sens ». C’est pas tous les jours, c’est pas régulier, mais je pense que c’est plus bénéfique que si je m’astreignais quotidiennement. Et puis on est tous humains, on a le droit d’avoir des coups de mous, et c’est pas pour ça que notre vie est nulle pour autant ^^
    On avance chacun à son rythme 🙂

    1. Bonjour Thalia,

      Merci beaucoup pour ton commentaire je suis tout a fait d’accord avec toi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *