Arrêt de la pilule : 5 mois après

J’ai définitivement arrêté la pilule en août dernier après 6 mois de sevrage progressif. Cela fait 4 mois que je n’ai plus pris un comprimé de ces satanées hormones. Il est donc temps de faire un premier point post après cet arrêt total.

Je dois dire que je suis plutôt contente et j’espère en rassurer certaines : il y a eu plus d’effets positifs que négatifs !

Les effets négatifs :

-Retour de l’acné : Sans surprise j’ai eu un retour progressif de l’acné avec quelques semaines où j’avais une acné moyenne. Je me disais chaque jour « ce n’est que le début en plus cela va encore s’empirer la semaine prochaine je suis sûre ». Et bien pas du tout !! Après 3 semaines un peu difficiles les choses se sont améliorées. En ce moment j’ai un peu plus d’acné que lorsque je prenais la pilule (je n’en avais presque plus du tout) mais c’est totalement gérable, un ou deux boutons et pas plus !! J’ai la peau un peu plus grasse que d’habitude mais cela ne me dérange pas trop et comme c’est l’hiver ça reste léger. (Je tiens à rappeler que j’ai eu une acné moyenne jusqu’à 19 ans et donc que j’avais vraiment peur d’avoir énormément d’acné suite à l’arrêt de la pilule).

-Chute de cheveux et retour de la dermite séborrhéique : Depuis le printemps ma dermite séborrhéique est très prononcée et rien ne fonctionne pour le moment, que ça soit les traitements naturels ou les traitements médicamenteux. Qui plus est, j’ai les cheveux qui tombent par poignées. C’est surement à cause de la dermite séborrhéique et les bouleversements hormonaux ne doivent rien arranger. J’espère que cela va finir par passer, j’avoue ne plus savoir quoi faire… J’en ai marre de perdre mes cheveux comme cela et d’avoir le cuir chevelu si abimé.

Les points positifs

-Perte de poids : Depuis 2 mois j’ai perdu 2 kilos et cela sans changer mon mode de vie. Je mange la même chose et je ne fais pas plus de sport, c’est même plutôt le contraire. Je pense donc que c’est vraiment l’arrêt de la pilule qui m’a permis de perdre ces kilos que j’essayais de perdre depuis de nombreux mois.

-Diminution de la cellulite : Je n’en croit pas mes yeux mais la cellulite qui s’était installé sur mes fesses depuis 4 ans a quasiment disparu. Pourtant rien n’avait fonctionné jusque-là, que ce soit en modifiant mon alimentation ou en faisant des exercices de fitness ciblés. Même si j’avais pas énormément de cellulite je trouvais qu’elle se voyait pas mal, je suis donc hyper contente de voir qu’elle est quasiment partie !

-Le retour de la libido : Je dois dire que même si tout n’est pas encore merveilleux j’ai l’impression d’avoir un peu plus de libido qu’auparavant. Je pense que c’est grâce à l’arrêt de la pilule car c’est un point positif qui revient souvent dans les témoignages de femmes.

-Diminution des sautes d’humeur : Ces dernières années je pleurai sans cesse pour un rien et j’enchainait les crises de larmes/de nerfs. J’ai l’impression que depuis quelques mois les choses vont beaucoup mieux. Je pleure moins souvent pour un rien et j’arrive à me contrôler dans les moments de stress. C’est un très bon point pour moi car mon émotivité gâchait un peu ma vie ainsi que celle de mon entourage.

Comme vous pouvez le voir il y a quand même plus de points positifs que de points négatifs. La seule chose qui m’embête vraiment c’est ma dermite séborrhéique mais j’espère un jour réussir à l’éliminer.

Je ne peux que vous encourager à vous aussi essayer d’arrêter la pilule pour vous tourner vers des méthodes moins toxiques pour votre organisme.

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

5 commentaires

  1. C’est un très bel article ! Je lis depuis longtemps des articles sur les l’arrêt de la pilule et j’etais très motivée à l’arreter. Mais voilà, début 2015, j’ai arrêté la pilule et je n’ai plus eu mes règles pendant 2 ans et demi. Après des examens, on m’a diagnostiquée le Syndrome des Ovaires Polykystiques. Alors non je n’ai pas (encore) de kystessur les ovaires mais les autres symptômes sont bien présents : acné, aménorrhée, troubles alimentaires, dépression. Alors j’ai du prendre un traitement hormonal. C’etait Dur parce que même si l’acnee avait disparu, ma libido elle aussi cs’etait Fait la malle et ça a été vraiment difficile à vivre. Au bout d’un an et demi, j’ai demandé à changer de traitement, on m’a donné autre chose et au bout d’un Mois et demi oh mirable, mes règles étaient de retour. Et mes boutons aussi. Rapidement j’ai décidé de tout arrêter plus de traitement plus de pilule. Lorsque je suis retournée voir ma
    Gynécologue, elle m’a vraiment disputée. Non pas parce que c’est mal d’arreter La pilule en soit mais parce que le problème des ovaires polykystiques c’est que si on n’est pas supplementé en hormones, de un mes règles se feraient de nouveau la malle, de deux j’aurais toujours beaucoup d’acnee, de trois ma paroi utérine allait s’epaissir Et je risquait des complications. Alors voila, moi qui depuis trois ans souhaitais arrêter là pilules et ces fichues hormones,à presque 24 ans je suis condamnée à en prendre pour toujours. Ça me fait mal et ça me rend triste triste. Mais je ne peux rien y faire.

    1. Merci pour ton témoignage qui est très touchant. En cas de syndrome des ovaires polykystiques les gynécologues prescrivent souvent en premier intention la pilule (Diane 35 ou Androcur le plus souvent) auquel peut s’ajouter des anti-androgène. Ces médicaments ne vont pas traiter la cause de la maladie mais uniquement les symptômes, et ont de plus des effets secondaires très indésirables.

      Les gynécologues ont pour habitude de prescrire la pilule sans réfléchir, du fait de leur manque d’ouverture d’esprit et de leurs liens étroits avec les laboratoire. Cela m’énerve vraiment car nous n’avons encore que très peu de recul sur ce type de contraception (50 ans c’est très peu pour étudier l’incidence des cancers par exemple) et sur ce qu’engendre pour l’organisme une prise d’hormones artificielle durant des années.

      Le syndrome des ovaires polykystiques pourrait venir d’une résistance à l’insuline (avec comme symptôme une prise de poids, de l’acné et une perte de cheveux). Cela pourrait aussi venir d’un problème de thyroïde, une inflammation de l’intestin ( auto immune), être dû à une carence en zinc ou en iode, ou encore à une intolérance au gluten. Le syndrome des ovaires polykystique semblerai se déclarer du fait de prédispositions génétiques.

      Afin de soigner naturellement ton syndrome je te conseille :
      -de limiter le plus possible ta consommation de sucre (hors fruits)
      -de manger le plus sainement possible
      -d’essayer un régime sans gluten pendant quelques temps
      -de faire des examens afin de voir si tu ne souffres pas d’un déséquilibre thyroïdien.

      Bon courage !!

  2. Bonjour, merci pour ces 2 articles qui traitent le sujet de l’arrêt progressif de la pilule.
    Moi même, je suis actuellement entrain d’arrêter la pilule de manière progressive et ça rassure de lire quelques témoignages. J’utilise la même méthode d’arrêt que toi mais en essayant sur 9 mois.
    J’ai pris la pilule très tôt (16 ans) pour stopper des boutons sur le dos. Avec le temps, j’en ai également eu marre de prendre ces hormones et ma dernière pilule m’a fait prendre 10 kg et que j’ai jamais réussi à perdre malgré du sport et une alimentation saine. Cela me pesait énormément au moral et j’avais beaucoup de saut d’humeur.
    J’en suis donc actuellement à mon 4ème mois de sevrage et je me sens déjà moins à fleur de peau. Coté poids j’ai perdu 5 kg car mon appétit est différent, je n’ai plus envie de tout dévorer, j’arrive à écouter ma faim. J’ai en effet quelques boutons qui apparaissent mais cela reste gérable et j’utilise le savon d’Alep pour tenter de prévenir dans le dos. Pour prévenir, je compte également boire des infusions Bardane et Sauge et le matin je prends des probiotiques (pour la flore intestinale ainsi que de vitamines B. Je me suis beaucoup renseignée et j’ai entendu dire que l’huile d’onagre et vitex gattilier sont des régulateurs d’hormones qu’on peut prendre post sevrage (notamment pour boutons et pertes de cheveux).
    J’espère que tu feras dans quelques mois un autre article pour nous dire où est-ce que tu en es. Je suis contente d’avoir découvert ton joli blog qui traite de ce thème car ces expériences nous poussent à sauter le pas, ça a été mon cas en tout cas 🙂
    Bonne continuation

    1. Merci beaucoup Aurélie pour ton commentaire!

      L’huile d’Onagre et le Gattilier sont de très bon régulateurs hormonaux. Ils sont donc particulièrement indiqué lors de l’arrêt de la pilule.

      Je ferai un nouveau point dans 1 mois afin de faire part des évolutions survenues.

      Flore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *